Conférence de Didier Pleux

Conférence du psychologue Didier Pleux

Photo du psychologue Didier Pleux

 Depuis une quarantaine d'années, Didier Pleux travaille sur le nécessaire équilibre entre «plaisir et réalité», il émet l'hypothèse que l'intolérance aux frustrations serait à l'origine de nombreux dysfonctionnements psychologiques et pathologiques.

 


La carence éducative est, selon lui, responsable de nombreux maux et les thèses de Françoise Dolto sont dénoncées comme étant anachroniques. Il conteste aussi les dogmes psychanalytiques qui restent hégémoniques en France. Pour lui, toute approche psychothérapique doit désormais envisager les pathologies de l'hypertrophie du Moi, de l'absence de la conscience morale (De l'enfant roi à l'adulte roi, des addictions aux délinquances) et du déficit d'accommodation au réel. (Wikipédia)


 « L’être humain est conditionné par son « plaisir », depuis la toute petite enfance jusqu’à l’âge adulte. Il s’efforce tout au long de sa vie d’éviter les frustrations, les contraintes du réel au risque de se réfugier dans les dénis : déni de Soi, des autres et de la réalité.
Comment cette fuite devant la réalité s’est-elle construite ? Est-il possible de retrouver une harmonie entre notre volonté de plaisir et l’acceptation des aléas de la réalité » ? Comment développer ce « self control » qui semble faire tant défaut chez l’homme d’aujourd’hui, prisonnier de la surconsommation, de la survalorisation et de la sur-stimulation ? Peut-on aider l’enfant-roi devenu adulte-roi à mieux vivre le réel ? Peut-on lui éviter de s’enfermer dans diverses pathologies ? (Non performance scolaire, addictions, troubles anxieux, colériques, dépressifs). Si certaines « recettes » existent pour mieux gérer les désirs, il est incontournable d’éduquer l’enfant et le futur homme à la philosophie des trois acceptations. Cette philosophie de l’acceptation inconditionnelle de soi, des autres et du réel est une issue pour résister aux effets délétères de l’intolérance aux frustrations. » Didier Pleux

18h
Amphi A1 – site Vauban –

Publié le