Atelier1

Les 1ers Ateliers de la Recherche en Design

 

Novembre 2006


Télécharger les objectifs, le programme et le résumé des interventions des Ateliers de la Recherche en Design

 

On observe depuis une dizaine d’années, dans les écoles de design, un intérêt notable et croissant envers la recherche. Un large consensus semble régner quant à la nécessité, à l’urgence même, de développer cette activité aux côtés de l’enseignement. Par contre, les définitions de ce qu’est ou devrait être la recherche en design sont nombreuses et parfois contradictoires. Toutefois, dans les pays où la formation des professionnels du design s’effectue à l’Université, on s’achemine actuellement vers une relative harmonisation des points de vue, car l’activité de recherche y est encadrée par des normes, reconnues et acceptées, de qualité, de pertinence et de rigueur que les instances universitaires ont précisément la mission et le privilège de définir. La situation est plus confuse par contre dans les pays, comme la France, où le design s’enseigne principalement dans des écoles qui ont pour seule tâche la formation de professionnels compétents et où, par conséquent, on n’exige pas des enseignants qu’ils et elles conduisent une activité de recherche et de formation à la recherche, même si plusieurs tentatives dans ce sens sont apparues récemment. La grande diversité des pratiques de recherche s’explique par la spécificité – et parfois l’inertie – des traditions artistiques, scientifiques, industrielles et institutionnelles nationales dont relève le design, et en tout premier lieu par la définition même du terme «design» qui en résulte. Ainsi, ce que recouvre ce terme en français n’est pas la même chose que ce que les Anglo-Saxons appellent design, ni d’ailleurs ce qu’on entend par disegno en Italie.

 

C’est en prenant acte de la situation actuelle en France et pour entreprendre d’y remédier que nous invitons les personnes qui, par leur pratique, leurs études, leurs projets ou leurs affinités intellectuelles – scientifiques et culturelles – manifestent un intérêt pour la recherche en design, à participer aux premiers Ateliers de la recherche en design qui se tiendront à l'université de Nîmes les 13 et 14 novembre 2006.

 

Ce communiqué a pour but de résumer brièvement le cadre et les objectifs généraux de cette première rencontre.

Face à l’extrême diversité des pratiques qui se réclament de la recherche en design et afin d’offrir aux candidats chercheurs des formations adéquates et reconnues (masters, doctorats), une communauté internationale de recherche en design s’est peu à peu constituée pour construire les cadres épistémologiques, méthodologiques, critériologiques, économiques et institutionnels appropriés et indispensables à une bonne pratique. Comparée à celles des autres disciplines, la communauté de recherche en design est très jeune, une quarantaine d’années si l’on considère la création en 1966 au Royaume-Uni de la première et plus importante société savante, la Design Research Society. Par la suite, en 1997 est fondée l’European Academy of Design ainsi que, dans la même période, diverses initiatives nationales. Celles-ci sont invitées à se fédérer, depuis 2005, au sein de l’International Association of Societies of Design Research. Au plan international, nous en sommes donc actuellement au début de la troisième génération de chercheurs, dont le nombre peut être estimé à environ un millier. À l’image de toute communauté de recherche, celle du design s’est dotée des outils et organes indispensables à son développement et à son rayonnement: laboratoires et équipes de recherche, programmes de formation, revues savantes et publications, sites web, colloques internationaux, programmes de subvention. À titre d’exemple, les colloques internationaux majeurs réunissent aujourd’hui près d’un demi-millier de participants et une bonne centaine de communications sélectionnées par leurs comités scientifiques respectifs. Selon leur statut (universitaire ou non), leur vision du design (art, ingénierie, management, discipline académique, etc.), leur niveau d’étude (L, M, D) et, bien évidemment, la compétence en recherche de leurs enseignants, les nombreuses écoles de design s’inscrivent très inégalement dans ce cadre. L’absence presque totale de la France à ces manifestations et dans les publications est très notable, pour des raisons qu’il n’est pas opportun d’exposer ici.


Parmi les principales questions actuellement débattues au sein de cette communauté figurent notamment les suivantes :

  • l’extension du concept de design ainsi que les modèles théoriques qui en rendent compte (polarité connaissance/action);
  • les objets d’étude à privilégier (produits, processus, acteurs; conception/usage);
  • la diversité des types de recherche (recherche pour, sur, par le design; recherche fondamentale, appliquée, située, recherche-création) et les méthodes à privilégier (quantitatives, qualitatives, actives, etc.);
  • la place du projet de design dans le projet de recherche (dialectique singularité/universalité);
  • la dimension éthique de l’acte de design (responsabilité sociale, développement durable, mondialisation, modes de vie);
  • l’évaluation de l’impact économique de l’activité de design et de R&D en design;
  • l’absence d’une esthétique propre au design.


L’objectif principal de cette première édition des Ateliers de la recherche en design est de faire un état des lieux de la diversité et de la richesse des initiatives actuelles dans ce domaine en France, ainsi que des perspectives envisageables. Pour ce faire, nous avons convié des représentants, tous et toutes chercheurs confirmés, de ce qu’on peut appeler «les partenaires naturels» du design, à nous exposer les problématiques, les modèles, les méthodes, les projets, les difficultés et les conclusions des activités de recherche qui, dans leurs domaines respectifs, présentent un intérêt (présumé) pour des chercheurs en design. Ces partenaires naturels sont les suivants :

  • les sciences de l’ingénieur
  • les sciences de gestion
  • les sciences humaines et sociales
  • les autres disciplines du projet : architecture, arts, urbanisme, paysage, etc.

Et comme ce qui nous motive est le développement de la recherche et de la formation à la recherche, nous réservons également une part importante aux doctorants de diverses disciplines récemment diplômés ou actuellement engagés dans des projets de recherche relevant du design.

Par ailleurs, nous souhaitons que nos rencontres s’effectuent dans un esprit de collaboration, de convivialité et d’échange propice à la constitution d’un réseau permanent. Aussi avons-nous choisi un terme issu de notre culture du projet pour désigner cette initiative («ateliers» plutôt que «colloque») et envisageons-nous pour ces Ateliers une périodicité biannuelle. Une seconde édition est déjà envisagée pour le printemps 2007 à Nancy, qui pourra d’ailleurs être élargie à la communauté francophone internationale (Suisse, Belgique, Québec, etc.).

 

Les organisateurs et responsables scientifiques :

Brigitte Borja de Mozota
Professeure, Universités de Paris X et Nancy 2
designence @ wanadoo.fr

Alain Findeli
Professeur invité, UNÎMES &
Professeur titulaire, Université de Montréal
alain.findeli @ umontreal.ca

Georges Schambach
Directeur adjoint &
Responsable du pôle Arts, UNÎMES
 


 

Publié le