Droit des étrangers

EXPULSION ET ÉLOIGNEMENT DU TERRITOIREDES ÉTRANGERS,LES PROBLEMATIQUES JURIDIQUES

Programme  

  

 

08h45 

Accueil des participants et pot d’accueil 

 

 9h15

 

 

 

 

 

Allocutions de bienvenue

 

Monsieur Patrick LEONARD, Bâtonnier de l’ordre des avocats du barreau de Nîmes
Monsieur Jacques MARIGNAN, Président de l’Université de Nîmes
Monsieur Emmanuel ROUX, Vice-président de l’Université de Nîmes, doyen de l’UFR droit, économie et gestion

 

 

 

 

 

                                                                 1ère partie

                                                Les actes de l’éloignement

                                                             (9h30-12h30)

                                          Sous la présidence M. Joël Berthoud,

                                    Vice-président du tribunal administratif de Nîmes        

 

 9h30

 1. Introduction générale

 

M. Vincent Tchen, Maître de conférences à l’Université Versailles – Saint Quentin en Yvelines 

 10h

 2. Les fondements historiques de l’éloignement du territoire des étrangers

 

 M. Nicolas Leroy, Professeur à l’Université de Nîmes

 10h30

 Pause

 

 

10h45

 

 

 3. L’éloignement du territoire, des procédures indivisibles

 

 

 Mme Christiane Béroujon, Magistrate honoraire, chargée de cours à l’Université de Nîmes

 11h15

 

 

 4. La contestation de l’arrêté de reconduite à la frontière, une procédure d’urgence d’exception

 

 M. François Lichère, Professeur à l’Université Paul Cézanne - Aix-Marseille III

 11h45

 5. Eloignement du territoire et la convention européenne des droits de l’homme (question de l’effectivité du recours à l’article 8 de la Convention européenne des droits de l’homme)

 

 M. Christophe Maubernard, Maître de conférences à l’Université de Montpellier I

 12h00-12h30

                                                Discussion – Débats

 

                                                                              2ème partie

                                                    Les acteurs de l’éloignement(Table ronde)

                                                                            (14h30-17h30)

                                                   Sous la présidence de M. Jean-Pierre GOUDON,

                                                   premier président de la Cour d’Appel de Nîmes

 

14h30 

6.  Le  point de  vue de l’avocat 

 

 Maître Pascale Chabbert-Masson, Avocate au barreau de Nîmes

15h 

 7. Le point de vue du juge judiciaire

 

 M. Maurice Bestagno, Conseiller à la cour d’appel de Nîmes, délégué du premier président aux étrangers

 15h30

 Pause

 

 

 15h45

 8. Le point de vue du juge administratif

 

 M. Denis Chabert, Rapporteur public au tribunal administratif de Nîmes

 16h15

 9. Le point de vue de l’étranger

 

 M. José Legorce, membre de la CIMADE

 16h45

                                                           Discussion-Débats

17h15 

 10. Synthèse

 

 M. Nicolas Font, Maître de conférences à l’Université de Nîmes

 

 

 

 

 Résumé du colloque

  

 

Les mesures d’éloignement du territoire des étrangers en situation irrégulière, qui dans l’imagerie populaire se regroupent sous le vocable «d’expulsion», peuvent prendre différentes formes juridiques. Le Code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile les intègre dans son livre V. Il s’agit notamment de l’obligation de quitter le territoire, de la reconduite à la frontière, de l’expulsion, de la peine d’interdiction du territoire français, ainsi que de certaines mesures d’éloignement qui sont prises dans le cadre de l’Union européenne et de la convention de Schengen. Ces différentes procédures s’accompagnent dans de nombreux cas de mesures privatives de liberté allant de l’assignation à résidence au placement dans un centre de rétention administrative ou de détention pénitentiaire. Ainsi, l’éloignement du territoire des étrangers en situation irrégulière constitue finalement un contentieux transversal faisant intervenir autant le juge administratif que le juge pénal et le juge civil. Mais loin de dépoussiérer la distinction classique du droit public et du droit privé, ce contentieux fait appel à une grande maîtrise des ressorts fondamentaux de la summa divisio.

 

Sur un plan national, le contentieux résultant des mesures d’éloignement constitue quantitativement une masse importante. Les juridictions nîmoises sont d’ailleurs représentatives de ce point de vue dans la mesure où l’ouverture du centre de rétention administrative durant l’automne 2007 a vu converger vers Nîmes à grande échelle une multitude de procédures juridictionnelles. Pour cette raison, l’ordre des avocats du barreau de Nîmes et le département de droit de l’Université de Nîmes ont émis le vœu de réunir la communauté des juristes pour poser les problématiques juridiques qui entourent l’éloignement du territoire.

  

En effet, les interrogations sont nombreuses. Elles s’inscrivent en premier lieu dans le cadre national et portent sur les conséquences de la multiplication des mesures possibles et sur les difficultés tenant au maintien du dualisme juridictionnel. Ajoutons, en second lieu, que la jurisprudence fait apparaître de plus en plus que le cœur des affaires réside dans l’application de normes européennes. Ainsi, le traitement contentieux de l’éloignement fait apparaître une nouvelle difficulté tenant à la concordance des jurisprudences nationales et européennes. Enfin, sur un plan local, le contentieux de l’éloignement fait intervenir de nombreux acteurs aux missions et problématiques propres.

 

Direction scientifique

   

Contacts :
MM. Nicolas Leroy (nicolas.leroy @ unimes.fr)et Nicolas Font (nicolas.font @ unimes.fr)

Publié le