Simulation attents TRIAGE

TRIAGE : reproduction des attentats de Paris

Projet TRIAGE

 Dans le cadre du projet TRIAGE, jeudi 12 mai 2016, Karine WEISS, enseignant-chercheur de l’université de Nîmes a participé à une simulation des attentats de novembre au sein de l’hôpital Broussais (siège de la Croix Rouge).

Le programme TRIAGE - Traçabilité – Identification –Reconnaissance – et Gestion des victimes de Catastrophes-  est un projet financé par l’Agence Nationale de la Recherche initié en 2013.

Karine Weiss, professeur en Psychologie sociale au sein de l’équipe d’accueil CHROME,  travaille depuis plusieurs années sur l’identification des besoins.

Les membres du projet TRIAGE (MORPHO, CERAPS Centre d'Études et de Recherches Administratives, Politiques et Sociales / Université de Lille 2, DHCOM, IRCGN Institut de Recherche Criminelle de la Gendarmerie Nationale, LIUM Laboratoire d'Informatique de l'Université du Maine, CHROME / Université de Nîmes, SAMU de Zone Ile de France - Assistance Publique, Université Paris Descartes, VECSYS) mettent en place un outil de gestion permettant d’identifier les victimes d’attentats ou de catastrophes de grande ampleur afin de prioriser les urgences et d’améliorer la gestion des secours.

TRIAGE a été développé pour optimiser la gestion des victimes et des secours en transmettant les données en temps réel au poste de commandement :
- Identification des victimes par description, empreintes digitales (biométrie), photos,
- Priorisation des urgences (pour la victime et le personnel soignant) - chaque victime est dirigée vers le service d’urgence le plus approprié,
- Gestion du nombre et de la localisation des secouristes en temps réel.

 Dans l’objectif de mettre cet outil en application, l’équipe TRIAGE a participé, le 12 mai 2016, à un exercice de simulation de crise organisé par le SAMU de Paris et reproduisant les attentats perpétrés au Bataclan, au Petit Cambodge et dans les bureaux de Charlie Hebdo.

La notion de « tri des victimes » provient de la médecine de guerre et de catastrophes naturelles ou industrielles. Ce type de situation exige que les médecins organisent la gestion des blessés par priorité de gravité lorsque le nombre de victimes est susceptible de dépasser les capacités de prise en charge par le personnel médical disponible. Il est alors nécessaire de savoir quels patients peuvent être transportés, quels sont ceux qui nécessitent des soins d’urgence sur place, etc.

 

Contacts :
Karine WEISS (karine.weiss @ unimes.fr)
Sophie MORTREUIL (communication @ unimes.fr)

Publié le