Développement durable

UNÎMES s'engage pour le développement durable

Après avoir organisé en 2010 les premières journées du Développement durable, au cours desquelles le Président et le Vice-président étudiant ont signé, le 7 avril, la Charte pour une « Alliance des Universités françaises en faveur du développement durable », UNÎMES se mobilise chaque année en faveur du développement durable.

L’université de Nîmes participe depuis sa constitution au groupe de travail sur le Développement Durable de la Conférence des Présidents d’Université (CPU). En 2010, un référentiel Plan vert a été élaboré afin de faciliter l'intégration du développement durable dans l'enseignement supérieur.

UNÎMES met en place de nombreuses actions en faveur du développement durable et souhaite réduire progressivement son empreinte écologique, tout en améliorant la qualité de vie et la diversité des enseignements proposés :

 

Espaces verts

2 projets d’aménagement en préparation :

  • vegetalisation site VaubanParcours biodiversité sur le site Vauban

Ce parcours sera composé de 3 espaces :
- une prairie naturelle, nichoirs et mangeoires à oiseaux,
- un hôtel à insectes en grand format,
- des essences méditerranéennes.
Ce projet permettra d’accroître la visibilité des espaces verts d’UNÎMES et de développer la vie étudiante en aménageant des espaces de vie.
L’université y accueillera des publics diversifiés (scolaires, notamment).
Ce projet marque la poursuite du partenariat avec la Ville de Nîmes.

  • Végétalisation des cours

Le projet de végétalisation permettra de développer la nature dans un espace initialement urbain et de répondre aux besoins d’espaces verts des étudiants et personnels de l’université. Il permettra aussi de développer la biodiversité et d’améliorer la qualité de l’air.
Le projet de végétalisation pourrait se poursuivre en créant une cour « végétale » pour la 2nde tranche du bâtiment Hoche.

Jardin partagé

Dans les douves, des espaces cultivables sont mis à disposition des écoliers, des habitants du quartier et des membres de l’université.

Le jardin partagé est né à l’université de Nîmes autour d’objectifs complémentaires :
- réfléchir sur l’alimentation saine,
- valoriser et réhabiliter des espaces libres de l’université,
- créer des liens sociaux entre les étudiants, le personnel, les habitants du quartier et les scolaires,
- renforcer l’ancrage de l’université dans le quartier.

  • école jardin partagéUn lien avec le tissu local

Parallèlement, l’université et la ville de Nîmes travaillent ensemble sur la semaine du développement durable depuis quelques années. D’autre part, les écoles sont accompagnées sur des projets de jardins pédagogiques.
De son côté, le centre social Émile Jourdan situé dans le quartier Gambetta, mène depuis 2011différentes actions sur la biodiversité, s’appuyant sur cette thématique pour développer du lien social de proximité.

  • Aujourd’hui

Le centre social Emile Jourdan organise la venue des habitants du quartier sur le jardin deux fois par semaine.
Une classe du collège La Révolution vient une fois par semaine au jardin pour planter, découvrir la vie du sol et un certain vocabulaire.
L’université souhaite élargir la valorisation du site à travers la création d’un parcours biodiversité et d’aménagements dédiés.

Enseignements

L’université de Nîmes propose des formations en prise directe avec les thématiques du développement durable et permet à tous les étudiants de réfléchir à ces problématiques.

  • Formations

Licences :
- Administration Economique et Sociale
- Sciences de la vie : biologie / environnement

Licences professionnelles :
- Métiers du démantèlement, du désamiantage, de la dépollution et des déchets
- Métiers des risques et des impacts environnementaux
- Management durable des organisations

Masters :
- Psychologie sociale et environnementale
- Droit public des affaires locales
- Design - innovation - société
- Risques environnementaux et sûreté nucléaire
- Management de projet et innovation en biotechnologie

  • Au sein du cursus

- des Unités d’Enseignement d’ouverture : développement durable, énergies renouvelables, aménagement du territoire, alimentation
- des stages en Licence et Master réalisés au sein de collectivités territoriales, entreprises ou d’associations impliquées dans le développement durable,
- des travaux de recherche sur des thématiques en lien avec le développement durable dans le cadre de leurs mémoires en Licence et Master,
- des projets tuteurés conduits avec les étudiants de Master (ex. création du jardin partagé, développement du projet d’épicerie solidaire itinérante Solidaribus, organisation de la Semaine/Quinzaine du Développement Durable).

Recherche

L’université de Nîmes développe des thématiques de recherche innovantes autour des risques chroniques et émergents et du design.

  • Risques chroniques et émergentsprojet recherche Greenland

Equipe d’Accueil CHROME (EA 7352) :
- Pollution et Biodiversité
- Activités Nucléaires et Industrielles
- Changements Environnementaux
- Risques en situation d’urgence
De nombreux projets conduits par CHROME portent sur des problématiques du développement durable. Ils combinent sciences humaines et sciences de l’environnement.
Par exemple:
- A l’international, 2 recherches sur le changement climatique au Groenland (2011-2021).
- Localement, recherche sur la qualité et les usages de l’eau de la nappe de la Vistrenque.

  • Design

Equipe d’Accueil PROJEKT (EA 7447) :
Développement du design des services publics centrés-usager, du design durable des territoires et du design social et solidaire.
3 programmes de recherche l’illustrent :
- design, bénéficiaires, services publics
- design, communautés, pratiques de l’habitat
- design, care et vie médico-sociale
Domaines de recherche et d’intervention :
- la transformation des politiques publiques
- le développement durable des territoires
- les nouvelles formes d’habitat
- l’innovation sociale en santé
- la santé connectée
- les humanités numériques
- l’innovation pédagogique

Qualité de vie

L’ouverture d’une filière STAPS (rentrée 2018) s’accompagne du développement d’un « campus bien-être ».

  • Pôle sportif et pôle santé

L’université devient un acteur de la prévention primaire, comme elle souhaite l’inculquer à ses étudiants.
Inciter les étudiants et personnels à réfléchir sur :
- leur façon de se nourrir,
- leurs activités physiques quotidiennes,
- l’impact de ces pratiques sur leur santé et leur bien-être.

1 projet immobilier accompagne cette démarche :
- 1 Pôle sportif : 1 halle de sport et 2 salles multisport,
- 1 Pôle santé et vie étudiante : espace santé, bureaux d’associations, foyer des étudiants,
- 1 Espace restauration.

  • Politique socialeaccessibilité site Vauban

Accessibilité :
Une université entièrement accessible aux personnes à mobilité réduite :
- aménagement de tous les accès,
- ascenseur,
- espace de travail réservé,
- toilettes adaptées.

Handicap :
Un accompagnement personnalisé de tous les étudiants en situation de handicap.

Inégalités :
UNÎMES a nommé en 2017 une référente égalité homme-femme, laïcité, racisme et antisémitisme, homophobie.

Solidarité :
Un panel d’actions, à destination des usagers d’UNÎMES en difficulté : assistante sociale et Solidaribus pour les étudiants, service d’action sociale pour les personnels.

Gestion envrionnementale

Le site Hoche moteur de la gestion environnementale à UNÎMES.

  • site HocheDéchets

Mars 2017, mise en place du tri des déchets sur le site Hoche, en collaboration avec :
- le SITOM Sud Gard (syndicat intercommunal compétent en matière de tri des déchets),
- la Direction de la Collecte et du Traitement des Déchets Ménagers (DCTDM) de Nîmes Métropole.
Le CROUS et la société de nettoyage ONET ont également été intégrés dans le projet.

Objectif : tri sélectif sur le site Vauban en 2018.

Projet : collecteurs spécifiques (piles, bouchons, bouteilles) en partenariat avec l’association ADIES Environnement, une recyclerie du quartier Gambetta.

  • Énergie et ressources

Site Hoche rénové selon des critères précis de conception de haute qualité environnementale (HQE) :
- éclairage basse consommation non éblouissant auto-régulé en fonction de la luminosité extérieure. Extinction automatique au bout de 10 minutes après la sortie de la dernière personne,
- confort thermique et réduction des consommations d’énergie (isolation des combles, des façades et du plancher ; étanchéité à l’air),
- diminution des consommations d’eau (robinets temporisés, chasses d’eau à double débit, récupération des eaux pluviales pour l’arrosage).

Publié le