Catalogue

DU - GENEALOGIE ET HISTOIRE DES FAMILLES (en présentiel et à distance)

Type de diplôme

Diplôme université générique

Domaine

Sciences humaines et sociales

Durée 6 moisPublic concerné Formation continueLieu(x) de la formation Nîmes

Nature de la formation Spécialité

Présentation

Contact(s)

Responsable(s)

Ortega Isabelle

Tél : +33 4.66.36.45.62

isabelle.ortega @ unimes.fr

Contact(s) administratif(s)

UNIFOP

Service de formation continue

unifop @ unimes.fr

Présentation

Présentation

Cette formation répond à une demande du marché privé et à un besoin du monde professionnel. 

La généalogie est devenue en l’espace de quelques années l’un des loisirs préférés d’un nombre important de Français. C’est aussi un métier nouveau et en plein essor pour lequel aucune formation universitaire n’existe actuellement en France.

Les recherches en généalogie sont menées dans les centres d’archives départementaux ou nationaux. Les historiens qui fréquentent ces mêmes lieux sont les témoins privilégiés des lacunes devant lesquelles ces « chercheurs amateurs » sont constamment bloqués : méconnaissance historique, difficultés à trouver les documents ou les centres d’archives dispersés sur l’ensemble du territoire, ignorance de l’existence d’autres documents que ceux de l’état-civil ou encore impossibilité de lire ou de déchiffrer des actes établis avant le XIXe siècle.

La généalogie constitue également un débouché méconnu mais certain pour les historiens et les juristes. À titre d’exemple, une recherche aujourd’hui sur le site de Pôle Emploi avec le mot-clé « histoire » ne renvoie qu’à deux catégories d’offre d’emploi :

-          celles relatives au soutien scolaire ;

-          et celles de généalogistes et enquêteurs successoraux, métiers nouveaux et en plein essor.

Pour cette dernière catégorie professionnelle, aucune formation technique ou universitaire n’existe encore : ce DU pourra servir de base à un prolongement en ce sens.

Objectifs

L'objectif de ce diplôme universitaire est donc d'offrir une formation complète, aussi bien pratique que théorique, à la science de la généalogie dans le but de permettre à tous ceux qui l'exercent, dans un cadre privé, de gagner en efficacité, et d'autre part de faciliter aux étudiants en droit et en histoire leur arrivée sur le marché du travail.

Programme

Contenu de la formation

La formation théorique s'articule en plusieurs axes :

  • L’histoire moderne de la France, pour que les étudiants acquièrent les bases fondamentales à la connaissance de l'histoire de notre pays ;
  • Le droit, plus particulièrement le droit des familles ;
  • Le latin, pour appréhender les textes les plus anciens ;
  • Les sciences historiques (paléographie, héraldique et anthroponymie) qui sont indispensables à l’apprentissage du généalogiste.

La formation pratique, permet à l'étudiant de faire des recherches précises aux archives auprès desquelles celui-ci réside, ou encore  l’histoire d’une personne ou d’une famille, à partir des archives militaires, judiciaires, administratives, scolaires…

 

 Enseignements/UE

HEURES  en présentiel / A distance

UE 1 : Pouvoir en société à l'époque moderne

23h / 26h

Méthodologie et sources de la généalogie

30h

Droit des familles

28h / 25h

Anthroponymie

8h / 6h

Héraldique

18h / 21h

Paléographie

30h

Latin

22h

DU en présentiel : réalisation d'un arbre généalogique

 

DU à distance : recherche personnalisée

10h

 

24h (+ 100h de travail personnel)

Etude d'une famille (DU en présentiel uniquement)

9

Stage facultatif

-

Contrôle des connaissances

Chaque module théorique et pratique (travaux personnels) sera sanctionné par une note. Ces modules sont compensables entre eux selon les coefficients mentionnés.
L'admission au diplôme universitaire s'effectuera par l'obtention d'une note supérieure ou égale à 10/20.

Admission

Condition d'accès

La candidature au DU Généalogie et histoire des familles se fait à partir de la plateforme ARIA.

Cette formation sera ouverte :

· aux personnes ayant du temps libre et cherchant à optimiser leurs recherches (dans ce cas une validation d'acquis est envisagée) ;

· aux étudiants (essentiellement ceux de droit et d'histoire) ;

· mais aussi aux personnes qui souhaiteraient compléter leur formation initiale ou reprendre les études.

Le nombre maximum d'étudiants admis est de 30.

L’ouverture de cette formation est soumise à un minimum d’inscriptions (10 étudiants).

La sélection éventuelle se fera sur dossier avec lettre de motivation.

Public cible

Le public visé par cette formation est relativement large afin d’une part d’approcher les nombreuses catégories de personnes intéressées par la généalogie, mais aussi afin d’assurer la viabilité financière de cette formation.

Dans cet esprit, les cours seront dispensés les vendredis et samedis matins, sur la base de 11 heures par semaine en moyenne. La recherche personnelle aura lieu en mai / juin. La répartition des cours est différente pour la session à distance.

Cette formation sera donc ouverte :

–   aux personnes ayant du temps libre et cherchant à optimiser leurs recherches ;

–   aux étudiants (essentiellement ceux de droit et d’histoire) ;

– mais aussi aux personnes qui souhaiteraient compléter leur formation initiale ou reprendre les études.

Un partenariat avec Pôle Emploi pourra être également envisagé afin de compléter la formation de demandeurs d’emploi.

Et après

Insertion professionnelle

La généalogie est devenue en l'espace de quelques années l'un des loisirs préférés d'un nombre important de Français. C'est aussi un métier nouveau et en plein essor pour lequel aucune formation n'existe actuellement en France.

Les recherches en généalogie sont menées dans les centres d'archives départementaux ou nationaux. Les historiens qui fréquentent ces mêmes lieux sont les témoins privilégiés des lacunes devant lesquelles ces « chercheurs amateurs » sont constamment bloqués : méconnaissance historique, difficultés à trouver les documents ou les centres d'archives dispersés sur l'ensemble du territoire, ignorance de l'existence d’autres documents que ceux de l'état-civil ou encore impossibilité de lire ou de déchiffrer des actes établis avant le XIXe siècle.

La généalogie constitue également un débouché méconnu mais certain pour les historiens et les juristes. Cette formation constitue alors un complément de cursus intéressant.